Actualités

03/04/2011 Audit des marchés publics Burkinabè : La nécessaire révision du système d’archivage

Source : lepays.bf (posté le dimanche 3 avril 2011)

Dans le cadre de sa mission de contrôle a posteriori, l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a commandité un audit des marchés passés durant les gestions 2008 et 2009. La restitution de cette étude menée par le cabinet CICE-Sénégal est intervenue le 1er avril 2011 à Azalaï Hôtel Indépendance à Ouagadougou. L’ambition affichée par les autorités burkinabè d’assainir le secteur des passations des marchés publics n’est visiblement pas qu’une simple déclaration d’intention, du moins, si l’on peut jurer de la sincérité des actions menées ces derniers temps et qui sont censées favoriser une gestion transparente en la matière.

En effet, après le lancement de son site web, l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a organisé le 1er avril 2011 dans la salle Zodnoma d’Azalaï Hôtel Indépendance à Ouagadougou, un atelier de restitution d’un audit des marchés publics passés durant les gestions 2008 et 2009. Selon Boubacar Ndiaye, manager audit chargé de l’étude, les diagnostics établis par l’investigation montrent quelques irrégularités dans les procédures de passation des marchés publics au Burkina. Toutefois, ces imperfections ne seraient pas de nature à entacher les efforts faits pour respecter les textes et minimiser les attributions de gré à gré. Pour l’expert sénégalais, la principale recommandation faite par l’audit porte sur le système d’archivage, mémoire des structures, qui est défaillant et gagnerait à être révisé pour aboutir à la mise en place d’un système centralisé.

La correction des faiblesses relevées par cette étude devra permettre de rendre le système de gestion des marchés publics plus conforme aux normes communautaires et aux standards internationaux. C’est du reste dans cette optique que, à en croire Saga Joseph Ouédraogo, vice-président du Conseil de régulation des marchés publics (CRMP), le gouvernement burkinabè a engagé depuis 2005 une réforme de son système de gestion des marchés publics. Les séminaristes ont apprécié les résultats de l’audit et fait des recommandations Cette réforme s’est traduite sur le plan institutionnel par la création de l’ARMP, avec pour mission, entre autres, d’assurer un contrôle a posteriori. L’audit commandité par cette autorité et qui a été réalisé par le cabinet CICE-Sénégal entre dans le cadre de l’exercice de cette mission.

L’objectif visé par l’audit était donc de vérifier, en référence au nouveau cadre réglementaire des marchés publics, la transparence et les conditions de régularité des procédures d’élaboration et d’exécution des marchés publics. Il s’est principalement agi, pour le consultant, de se faire une opinion sur les procédures de passation des marchés publics adoptées pour les contrats sélectionnés, de vérifier le processus de passation et d’exécution desdits marchés et de dégager un jugement sur l’adéquation des procédures de passation des marchés et les modalités de la gestion des contrats, en relation avec les dispositions de la réglementation.

L’objet de cet atelier de restitution couvre vingt autorités contractantes venant de quinze ministères, quatre sociétés d’Etat et une structure de maîtrise d’ouvrage public déléguée. Il faut ajouter à ceux-ci les marchés ayant connu des difficultés d’exécution ou ayant été passés par les procédures exceptionnelles. Les séminaristes ont ainsi échangé sur les résultats des travaux spécifiques aux autorités contractantes auditées, apprécié et formulé des recommandations pertinentes en vue de remédier aux faiblesses relevées lors de la mission d’audit, et apprécié l’état de la mise en œuvre des recommandations formulées lors de la mission d’audit des marchés gestion 2006.

Juste PATOIN

Retour à la liste »